• Autosur kfé 180522
  • terny 2020

Votre programme TV

Nos annonceurs

  • Leclerc drive
  • marché nocturne
  • Mission llocale ann 1602
  • animaux colo cd
  • tierce fb
  • Animalerie leclerc
  • location véhicules leclerc

Météo en direct



La fête du haricot revient en force à Soissons !

La fête du haricot revient en force à Soissons !



Soissons -

Les membres de la confrérie du haricot dont le grand maître Yanna Boureux, étaient il y a quelques jours avec le maire Alain Crémont et ses conseillers dans les jardins de l’hôtel de ville pour renouer avec la tradition de plantation des fameux haricots de Soissons. Haricots de Soissons qui seront à la une en septembre prochain, lors de la non moins célèbre fête annuelle du « Haricot de Soissons » qui avait lieu chaque année depuis 2005 et fut remplacée par Soissons en Sc’Aisne en 2009.

 

Les élus de la commune se sont prêtés au jeu sous l'œil aguerri de la confrérie, afin de mettre en terre les graines magiques. Une petite averse survint au moment des plantations et une grosse ensuite pour bien arroser et favoriser la pousse des légumes, espérant qu'il n'en soit pas de même les 26 et 27 septembre prochain, car la nouvelle équipe municipale a officiellement annoncé la reprise de cette fête traditionnelle même s'il se murmure qu'une «fête du vase » aurait un impact plus valorisant en terme d'image et de notoriété de ce dernier  mondialement connu !

Le haricot a eu le dernier mot ! En attendant le rendez-vous des samedi 26 et dimanche 27 septembre, il faudra penser à arroser régulièrement les haricots fraîchement semés !

 


* Pré-programme des 26 et 27 septembre à Soissons :

Inauguration de la fête samedi fin de matinée, marché gourmand avec un pôle réservé aux Confréries qui souhaitent vendre leurs produits, des animations de plein air avec le chanteur Cock Robin en concert le samedi soir... et un grand défilé en ville le dimanche après-midi.

 

** La véritable histoire du Haricot de Soissons ou bien,  La légende du Guetteur de la Cathédrale :

A la fin du 19ème siècle, le guetteur nommé Le Paon  ne quittait pas le haut de la Tour de la cathédrale. Il surveillait la ville et les incendies  tout en exerçant son artisanat de cordonnier.  Ce fonctionnaire municipal  savait beaucoup de choses mais se fatigua de l'aridité de sa plate-forme  de pierre. Il l'égaya en semant des haricots (de Soissons) dans des caisses, placées le long des garde-fous. Ses plantations volubiles s'accrochèrent à la rampe et couronnèrent la Tour  de la Cathédrale d'une verdure étonnante,  qu'on prenait plaisir à aller voir. « C'est du vrai Soissons » disait-il à ses visiteurs ! Et moins plaisantin que poète naïf, il ne manquait jamais d'ajouter :       « Dieu créa la fleur et lui dit Sois Rose ! Il créa le Haricot et lui dit Sois Son !. et va en  Paix !... ». (Pets) Le guetteur distribuait aussi des grains récoltés aux touristes généreux dans des petits sachets en jute confectionnés pendant ses heures de loisirs. Tout près de la Cathédrale 7 place Mantoue se trouvait un confiseur Mr Brultet (maison fondée en  1815). Ce dernier s'intéressa à notre guetteur et à ce qu'il faisait, il mit au point une petite *machine  pour fabriquer des bonbons qui sont devenus la spécialité Soissonnaise.  L'histoire ne dit pas si l'inventeur partagea les bénéfices avec notre sympathique guetteur, qui disparut  de la tour en 1907. * machine visible au musée de Soissons  offert à la ville de Soissons par Mr Catrin, pâtissier-confiseur dernier possesseur de cette machine)

 

A moins que ça ne soit celle-ci :

Il existe à Soissons, une "rue de la Paix", ainsi appelée parce qu'en 1728, la ville a accueilli pendant plusieurs mois une conférence européenne qui devait décider de l'avenir de Gibraltar. Parmi les diplomates qui se trouvaient réunis à Soissons, l'Espagne avait envoyé le marquis de Santa Cruz.  Celui-ci avait pris en grande estime un jardinier de l'abbaye Saint-Léger, un certain Jacques, qui répondait au surnom de "Jacquot".Les négociations traînant en longueur, le marquis de Santa Cruz fut rappelé par le roi d'Espagne.  Mais avant de quitter Soissons, pour remercier Jacques le jardinier, l'Espagnol lui fit don d'un grand sac en cuir de Cordoue.  Dans ce sac, Jacquot découvrit des haricots d'une taille énorme, beaucoup plus gros que ceux que l'on cultivait à l'époque dans le pays.  Il s'empressa d'y goûter, les trouva fort bons et en planta l'année suivante.Alors toute la ville et les environs se mirent à parler des haricots de Jacquot qui furent bientôt connus sous le nom de "gros Jacquots". La paix de Soissons ne fut jamais signée, mais le haricot Jacquot de Soissons était né!

 

Ou bien celle-là :

Rue de la Buerie, anciennement rue des Febves (fèves): là est l'origine de la légende du "haricot de Soissons". Pendant la guerre de Cent Ans, une terrible épidémie de peste ravage la contrée. Les Soissonnais survivants s'enfuient, emportant avec eux leurs récoltes.  Mais, pendant la fuite, beaucoup ont perdu des graines de pois et de fèves. A leur retour, que ne trouvent-ils pas?  Un champ couvert de fèves! Grâce à l'humidité des berges du canal de la Crise, la récolte fut exceptionnelle et l'on nourrit sans peine toute la population.  Ce haricot devenu célèbre est depuis lors dit "de Soissons".

 

Et vous qu'en pensez-vous ?

 

Confrérie Gastronomique des Compagnons du Haricot de Soissons

Mail : fossegerard@orange.fr

 

Partager Partager

VU DU CHÂTEAU Webzine d'informations locales est totalement indépendant de "Autant en emporte la marne" .

Le webzine d'actualités locales "Vu du Château" est totalement indépendant du magazine Autant en emporte la marne.