• foie gras boucherie rép
  • HDF économie écologie
  • Mercedes  classe a
  • agrumes jardin fil saisons 18
  • E. Leclerc Drive soisons
  • Le Chemin des Tirailleurs de la Mascara revient !
  • metropolice laser ch th
  • ets fevrier
  • aigles
  • Fort 4x4
Regards sur le Lycée Saint Vincent de Paul

Regards sur le Lycée Saint Vincent de Paul



Soissons -

Après 150 ans d'existence, toujours en perpétuelle évolution afin de répondre aux besoins de notre société, le lycée propose aujourd'hui 4 grands pôles de formations: Les Arts appliqués, L'Hôtellerie et Restauration, la Santé et le Social et enfin le Tertiaire.

 

La section hôtelière du Lycée Saint-Vincent de Paul, prépare des élèves sur trois années au diplôme du Baccalauréat Professionnel dans deux options : « Commercialisation et Services en Restauration et Organisation et Production Culinaire » et ce dans le respect du référentiel de l'Education Nationale.

L'établissement propose également une formation CAP Commercialisation et Services en Hôtel-Café-Restaurant et le BP Gouvernant (e) ainsi que le CAP APR Agent Polyvalent de Restauration.

Avec 100% de réussite au Bac-Pro comme en Certification Intermédiaire, ils se placent  parmi les meilleurs établissements de l'Académie d'Amiens. En tête depuis quelques années, grâce au travail accompli par tous.

Le pôle de l'hôtellerie mobile est régulièrement sollicité pour différentes actions pratiques extérieures :  forums, salons, cocktails dinatoires, Fête du Haricot, Concours d'éloquence du Rotary.......

Enseignants

Afin de devenir enseignants de l'Education Nationale au sein de Saint Vincent de Paul , les professeurs qui encadrent la formation professionnellles doivent avoir une expérience professionnelle consèquente dans la matière enseignée . Nombreux sont ceux qui possèdent des références dans des établissements étoilés Michelin. Au delà de la formation de qualité et d'exigeance, cela permet aussi d'obtenir des adresses de stages prestigieuses, comme le Plaza Athénée du Chef Alain Ducasse à Paris , le Château des Crayères à Reims... et désormais à travers l'Europe avec l'ouverture des stages à l'International en lien avec le Centre Supérieur de l'Hôtellerie. Travailler à l'étranger lors des périodes de formation en milieu professionnel permet aux élèves de renforcer considérablement leurs compétences notamment en langues mais aussi  leur expérience terrain et ainsi être hyper polyvalent, à l'aise dans différents types de cuisines, de s'adpeter aux recette internationales... Un plus non négligeable dans le domaine.

Aujourd'hui certains de ces jeunes diplômés sitôt sortis d'études exercent leur métier avec succès dans les plus belles structures de l'hexagone.

Rencontre avec David Bouchy coordinateur du secteur Hôtellier

Son Parcours : Diplômé de l'Ecole Hôtelière de Paris. Diplômé de l'Ecole de Patisserie Design de Medons la Forêt (92). A travaillé, dans un Palace Parisien « Le Plaza Athénée » avec Alain Ducasse, des Restaurant étoilés au Guide Michelin, dans des Relais et Châteaux, Adjoint et chef de cuisine au Château de Chaumontel (95), Restaurant « La Grenouillère » A la Madeleine-sous-Montreuil (62) .... A participé au concourt Jeune Talent.
Il a également fait un service militaire hors du commun, au service du cabinet du ministère de la Défense à Paris.

En 2004, il met sa volonté de changer la pédagogie pour mettre en valeur les jeunes, leur transmettre la passion et l'exigence de la profession au service  de l'éducation nationale. Il a souhaité transmettre ses savoirs-être et savoirs-faire. Cet homme passionné par son métier dispense une pédagogie adaptée aux jeunes  d'aujourd'hui. On sent sa grande expérience, son amour du métier et de la transmission. Ses élèves ont beaucoup de chance d'avoir un chef étoilé pour leur formation. C'est en collaboration avec Vincent Guillaumard professeur d'Art Design que David Bouchy participe à une formation pluridisciplinaire (design-culinaire). Chaque discipline peut-être au service et complémentaire de l'autre.

Restaurant d'application

Afin que les jeunes exercent leurs talents, un restaurant d'application pédagogique de 24 couverts  est ouvert à une clientèle extérieure. Possibilité de s'inscrire sur le site du lycée, ou de téléphoner à l'accueil pour réserver.

Détail des formations proposées

3ème et DIMA

Arts Appliqués et Arts Graphiques

 

Hôtellerie et restauration

Santé et social

Tertiaire

 

Un peu d'histoire

Ce lycée a plus de 150 ans d'existence, avec jusqu'à ce jour des religieuses pour accompagner les lycéens. Aujourd'hui elles se retirent et cessent leur activité.

Jusqu'en 1870, ce qui est aujourd'hui le Lycée Professionnel Saint Vincent de Paul, s'appelait Abbaye Saint Crépin. C' est vers 280, qu'une colonie de jeunes gens vient évangéliser la partie de la Gaule qu'on appelle Belgique aujourd'hui. Saint Crépin et son frère Saint Crépinien furent les premiers apôtres de Soissons.  Ils ne voulurent être à la charge de personne et choisirent le métier de cordonnier, comme une occupation tranquille et sédentaire qui leur permettrait, sans être dérangés de leur travail, ni privés de moyens d'existence, d'initier peu à peu à la connaissance de Jésus-Christ tous ceux qui viendraient à leur atelier. 

L'Abbaye a beaucoup souffert au cours des âges : à chaque siège de Soissons, elle était saccagée.

Certains historiens affirment que la maison des premiers Evêques de Soissons se trouvait à l'Abbaye Saint Crépin le Grand ; la présence de leurs tombeaux en serait la preuve. La sœur et le frère de Clovis y auraient été enterrés aussi, ainsi que le fils de Chilpéric et Frédégonde : Clodobert.

Au VIIème siècle, Saint Crépin le Grand était une Abbaye de Bénédictins, rivale de l'Abbaye Saint Médard. En 649, les corps de Saint Crépin et Saint Crépinien furent mis dans des châsses faites par Saint Eloi.

En 1801, le domaine est vendu et, de suite, la pioche entre en œuvre ; un surcroît de démolition surviendra en 1814 et 1815 lorsqu'il faudra faire le vide autour de Soissons qui endura cinq sièges ces années-là. Les locaux, après de radicales transformations, recevront une fabrique de sulfate de soude ; une manufacture de tapisseries lui succèdera... En 1847, naissent les Etablissements Zickel qui deviennent une meunerie et une métallurgie, à partir du moulin à eau ayant appartenu à l'Abbaye.

Pendant ces années du XIXème siècle, Corot est venu faire des séjours à la manufacture de tapis ! C’est pendant ces séjours qu’il a faits deux tableaux représentant une petite partie de l’Abbaye : l’un se trouve en Hollande, l’autre à Philadelphie. C'est en 1859, qu'arriva à Soissons, un lazariste : Augustin Dupuy, appelé ici pour diriger le petit séminaire Saint Léger. Il y reste 22 ans. Il étend son zèle à la réfection de l’abbaye Saint Léger et à celle de la chapelle Saint Pierre.

En 1865, il organise l’œuvre de Saint Crépin dans le quartier actuel du même nom. Il songe ensuite à rendre à l’Abbaye Saint Crépin  ses premières origines. En 1866, il fait acheter l’ancien logis de l’Abbé et l’usine de tapis. Il fait venir sa sœur et deux autres Filles de la Charité pour s’occuper de : 120 petits enfants à " l’asile ", 160 filles à l’école, 40 orphelins, une pharmacie pour les pauvres et un atelier de filature de soie pour les ouvriers. Les bâtiments sont appelés " Saint Vincent de Paul ", à cette époque.

Les Filles de la charité ont ouvert une Ecole à SOISSONS en 1865. Cette école s'est installée dans les locaux actuels, l'ancienne Abbaye Saint-Crépin-le-Grand. Entre 1865 et 1952 ont fonctionné conjointement une école maternelle et primaire, un atelier de filature de soie, un atelier de lingerie et broderie et des oeuvres sociales (orphelinat, soupe populaire service d'aide et de soins pour les pauvres).

Le 5 Septembre 1870, le gouverneur de Soissons entreprend de détruire le faubourg Saint Crépin. A la suite de l’incendie, la bâtisse principale a perdu ses mansardes et son pignon. L’Abbé Dupuy réussit à obtenir 20 000 F de dommages et il entreprend des quêtes par toute la France et à l’étranger pour rebâtir Saint Vincent de Paul. En 1872, le pignon du bâtiment principal est refait " à croupe " comme on les aimait dans le style local de ce temps. L’ancien réfectoire qui devait avoir huit travées voûtées à l’origine n’en a plus que quatre, la cinquième a perdu ses voûtes, mais les autres bâtiments sont restaurés et même agrandis : les cuisines actuelles, l’asile, l’école, l’orphelinat et le pensionnat auquel s’ajoute un atelier de couture.

La grande maison subit de graves dommages durant les deux guerres mondiales. L’immeuble est occupé par les Allemands et abîmé par les bombardements mais le service social des pauvres continue auprès des malades et des femmes de prisonniers.

Le 19 Juillet 1951, s'ouvre l'Ecole Technique St Vincent de Paul avec des sections d'enseignement ménager, puis en 1954, une section commerciale. pour procurer une situation aux jeunes orphelines.

La présence de la communauté est toujours assurée dans l'Etablissement. Cependant depuis 1979, la Direction n'est plus confiée à des Religieuses de la Compagnie mais a un laïc et, depuis 1982 la gestion est confiée à l'Association de gestion Saint-Vincent-de-Paul présidée par Maître Bureau.

Aujourd'hui le Chef d'établissement Alexi Garcia (2013) est entouré de Francine Bertrand (2009) 1ère Adjointe et de Stéphane Tardivel 2ème Adjoint. et des professeurs qui forment une équipe dynamique encadrant et formant les 800 élèves de ce lycée privé.

Consulter le site du Lycée

Contacts :

stvincentpaul.soissons@ac-amiens.fr

Tél : 03.23.59.96.30

 

 

 

 

 

 

   

PLUS DE PHOTOS