• la crepe rit ouverture
  • mac doc salades
  • PO 2019 J verne
  • PO jdlf
  • mad do ouv NS we
  • mission locale site
  • ets fevrier
  • Cfppa de Verdilly des formations tout au long de la vie...
  • Garantie jeune
  • la fontaine théatr
  • Leclerc
  • Ville Chateau
  • macdo2
  • Agenor foire
  • Levy élagage
  • para leclerc
  • Marchetti
  • kkd 2
  • Animalerie leclerc
  • Absinthe
  • ets fevrier
Greenfield, c’est aujourd’hui que le tribunal de commerce statue !

Greenfield, c’est aujourd’hui que le tribunal de commerce statue !



Château-Thierry -

Suivi du dossier de reprise Greenfield, les élus présents plus que jamais …

Samedi 2 mars à 8h, salariés syndiqués et élus locaux faisaient le point sur les candidatures d'offres de reprise de la Ste Greenfield paper castelle avant le passage au Tribunal.

Début janvier, trois sites de production Français du papetier Séquana pour sa filiale Arjowiggins - dont l'usine Greenfield Paper de Château-Thierry ont été placées en redressement judiciaire... avec un millier d'emplois en jeu

Sitôt cette annonce connue des élus locaux tous se sont mobilisés au rang desquels : Jacques Krabal député de la 5ème circonscription, Etienne Haÿ président de l'Agglo de Château-Thierry accompagné de Jean-Marie Turpin, 4e Vice-Président de la CARCT en charge du Développement économique, de l'Emploi et de la Formation. Commission Urbanisme et patrimoine, Dominique Moyse, conseiller régional des Hauts-de-France, soutenu par son président Xavier Bertand, Sébastien Eugène, maire de la ville, les conseillers départementaux, Anne Maricot, Bruno Beauvois et bien sûr Michèle Fuselier. Tous - y compris ceux qui n'ont pas la compétence économique - très impliqués dans le développement économique du bassin d'emploi de la région de Château-Thierry et à la baisse du taux de chômage, tous se sont mobilisés et ont actionné tous les leviers en leurs pouvoir alors qu'aucun ne sera consulté pour avis par le tribunal de commerce de Nanterre qui statuera le mercredi 6 mars prochain...

Seuls la direction et les représentants syndicaux seront présents, les élus ont donné leurs recommandations quant au choix du repreneur et fait le point sur leurs actions : dont un courrier à destination du ministre de l'Economie en copie au 1er ministre, parti ce samedi co signé de tous les élus impliqués en vue d'alerter le Gouvernement sur la reprise des sites du groupe.

Accompagnés par les salariés du site de Château-Thierry et les Conseillers départementaux, les élus ont réaffirmé leur souhait d'une reprise dans les meilleures conditions pour l'ensemble des sites concernés, dans l'Aisne et dans la Sarthe.

L'un des délégués de l'entreprise faisait état de 5 repreneurs intéressés dont 4 uniquement par Greenfield. Ces quatre dossiers comportent tous un plan de financement, de la création d'emploi, la pérennité de l'entreprise et ce sans attente de financements de qui que ce soit. L'inconvénient majeur est que ceux-ci ne prennent pas en compte les 2 autres sites qui comptent environ 900 salariés qui seraient pour le moment sans solution.

Le 5ème, le groupe THLF constitué en novembre 20018 en Angleterre avec 2 £ de capital semble privilégié étant semble-t-il le seul à proposer la reprise des trois sites concernés par les menaces de fermeture. Une bonne nouvelle a priori mais qui pose de nombreuses questions sur la solidité de ce repreneur. Le plan industriel de THFL et son financement étant à ce jour encore méconnus.

De plus, ils demandaient un apport de 20 puis de 30 millions d'euros à l'Etat et aux collectivités, le groupe semble peu fiable du point de vue du financement de cette proposition, accompagnée de suppressions de postes.

Par ailleurs, Greenfield est une entreprise très bien positionnée sur la filière du papier recyclé. Or, la proposition portée par THFL ne se positionne pas clairement sur cette voie d'avenir.

S'il faut tout faire pour maintenir les emplois en France, ces méthodes et le projet porté, apparaissent plus que discutables. C'est pourquoi les élus ont voulu alerter au plus vite sur cette reprise, qui mériterait, au vu de la solidité de Greenfield, un plan industriel fiable, s'appuyant sur l'ensemble des compétences de Greenfield via une condition du maintien des partenariats entre les sites.

Cette option permettrait de garantir une stabilité à Château-Thierry et dans la Sarthe aux usines, à leurs salariés mais aussi à l'Etat et collectivités qui ne peuvent se permettre d'être les sponsors d'un groupe qui ne s'engagerait pas sur le long terme.

C'est pourquoi les élus ont voulu alerter au plus vite sur cette reprise, qui mériterait, au vu de la solidité de Greenfield, un plan industriel fiable, s'appuyant sur l'ensemble des compétences de Greenfield via une condition du maintien des partenariats entre

les sites. Cette option permettrait de garantir une stabilité à Château-Thierry et dans la Sarthe aux usines, à leurs salariés mais aussi à l'Etat et collectivités qui ne peuvent se permettre d'être les sponsors d'un groupe qui ne s'engagerait pas sur le long terme.

Lundi matin, une réunion a eu lieu à Bercy avec les délégués syndicaux des trois usines menacées, les administrateurs judiciaires et des représentants du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI).

Une réunion d'information du personnel s'est ensuite tenue ce mardi à Bessé-sur-braye, village de 2 200 habitants à une heure de voiture du Mans, de Tours et de Blois, pour lequel la fermeture de cette usine créée au début du XIXe siècle serait "un tsunami social" d'après plusieurs syndicalistes et employés.

Ce jour, mercredi 6 mars,  le tribunal de commerce de Naterre fera part de son choix de repreneur...

Le site de production de Greenfield a été construit en 1997. Arjowiggins indique qu'il s'agit du "leader européen en pâte recyclée de très haute qualité". La production annuelle est de 150.000 tonnes.

Les élus locaux au chevet des 76 emplois menacés

Greenfield paper cherche repreneur

*CIRI

Le Comité interministériel de restructuration industrielle a pour mission d'aider les entreprises en difficultés à élaborer et mettre en œuvre des solutions permettant d'assurer leur pérennité et leur développement.