• flight of dreams 1
  • foie gras boucherie rép
  • HDF économie écologie
  • mac doc salades
  • Maison tourisme 0616
  • mad do ouv NS we
  • mission locale site
  • ets fevrier
  • Garantie jeune
  • Leclerc
  • Ville Chateau
  • macdo2
  • Levy élagage
  • para leclerc
  • Marchetti
  • kkd 2
  • Animalerie leclerc
  • Absinthe
  • fort 4x4
  • ets fevrier
  • absinthe
 Nous voulons des coquelicots : un nouveau mouvement écologiste

Nous voulons des coquelicots : un nouveau mouvement écologiste



France - Soissons -

Ce nouveau mouvement appelle à l’interdiction durable de tous les pesticides de synthèse...

L'association Nous voulons des coquelicots : Un groupe de bénévoles sans argent, composé d'une quinzaine de personnes, parmi lesquelles une directrice de crèche (retraitée), des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres d'ONG, deux journalistes.
L'appel à l'interdiction de tous les pesticides lancé le 10 septembre par Fabrice Nicolino, journaliste à Charlie Hebdo et président de l'association, et François Veillerette, porte-parole de Générations futures, a rencontré un franc succès en germant dans plus de 500 villes et villages dont Château-Thierry.
Il se doublera d'événements festifs et réguliers. Objectif : cinq millions de signatures d'ici à 2020.

Voilà ce que prône ce nouveau mouvement

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l'eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l'estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé.
Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L'exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.
Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares...
Ce monde qui s'efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s'éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.
Nous exigeons de nos gouvernants l'interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes.
Ce mouvement s'est réuni à Château-Thierry le 7 décembre dernier avec notamment la présence de Liliane Devillers, présidente de l'association Sauvegarder son patrimoine en région agroviticole.
Au programme : un bilan des deux mois écoulés (carte des rassemblements, nombre de signatures), un topo sur l'eau et les pesticides, les prochains événements à envisager. Un rassemblement festif où vous pourrez écouter, coquelicot à la boutonnière, un air de flûtiau devant un bol de soupe.
Voici le dernier texte envoyé à leurs adhérents et sympathisants pour un rendez-vous des Coquelicots le vendredi 4 janvier de 18h30 à 19h30 sur le perron de la mairie de Château-Thierry ou sous l'auvent du marché couvert en cas de pluie. Des cocardes seront disponibles, on s'organise : soupe et musique...

En 2019, soyons CONSTITUANTS, agissons contre les pollutions du sol, de l'air...

La gueule de bois ne sera pas une excuse..
On va passer ensemble le cap d'une année. 2018. Nous espérons que vous avez d'immenses réserves vitales, car le mouvement des Coquelicots, ainsi que vous lirez ci-après, ne fait que commencer. Avant de passer aux bonnes résolutions de 2019, laissez-nous dire combien nous sommes heureux d'avoir été rejoints, le 7 décembre 2018, par 830 rassemblements simultanés. Qui l'aurait cru le 12 septembre, quand l'appel a été lancé ? Personne. Nous l'avons fait.
Notre rendez-vous du 4 janvier 2019 est risqué, car il aura été précédé comme chacun sait par les fêtes de Noël et du Nouvel An. Repartir coquelicot à la boutonnière ne sera pas facile pour tout le monde, mais il faudra, mais il faut y aller. Notre mouvement se moque du froid, de la pluie, des gueules de bois, et annonce un printemps définitif. Sans rire, soyez là.
Si vous en avez l'opportunité, n'hésitez pas à adresser la lettre ci-jointe à vos doctoresses et médecins, à vos kinés, à vos infirmières et infirmiers, à vos ambulanciers, à vos dentistes, à tous ceux qui font l'impossible pour que nous allions un peu mieux, pour les inciter à proposer l'Appel dans leur salle d'attente. Qui, davantage qu'eux, sont concernés par l'état de santé de la population?
Vous pouvez également utiliser la feuille de signatures ci-jointe à retourner complétée à l'adresse indiquée.
Certes, c'est pour nous tous un gros effort à fournir. Mais ne croyez-vous pas que le jeu en vaut la chandelle lorsqu'il s'agit de notre santé et de celle de nos enfants ?
Alors, agissez avec nous, comme nous, gratuitement... uniquement pour la bonne cause.

 

Je voudrais revoir des coquelicots dans les champs, pour cela nous devons exiger le retour à une agriculture naturelle, comme pendant mon enfance...