• flight of dreams 1
  • foie gras boucherie rép
  • HDF économie écologie
  • mac doc salades
  • Maison tourisme 0616
  • mad do ouv NS we
  • mission locale site
  • ets fevrier
  • Garantie jeune
  • Leclerc
  • Ville Chateau
  • macdo2
  • Levy élagage
  • para leclerc
  • Marchetti
  • kkd 2
  • Animalerie leclerc
  • Absinthe
  • fort 4x4
  • ets fevrier
  • absinthe
Abbatiale Saint Ferréol « PHYSIS » l’installation éphémère devient pérenne…

Abbatiale Saint Ferréol « PHYSIS » l’installation éphémère devient pérenne…



Essômes-sur-Marne (02) -

Le chef d’oeuvre réalisé par Thierry Bonne assisté de quelques joyeux comparses faisant la quasi unanimité restera en place dans l’abbatiale qui s’en voit tellement mise en valeur.

Ce projet est né de la volonté de l'Association pour la sauvegarde de l'abbatiale Saint Ferréol d'exposer un artiste s'exprimant à travers ce lieu lors des journées du patrimoine.

L'abbatiale Saint-Ferréol du début du XIIIème siècle qui s'érige dans son écrin paysagé en bord de Marne est devenue pour un temps le réceptacle d'une œuvre et quelle œuvre ! Celle-ci s'intègre si parfaitement au cadre  qu'elle lui apporte une lumière supplémentaire qui faisait défaut, et les lieux en sont si fortement mis en valeur que le tout fera désormais partie intégrante des lieux.

L'artiste Thierry Bonne, architecte de métier a imaginé son concept Physis à partir de l'architecture de l'abbatiale. Cette dernière, témoin remarquable de l'architecture religieuse du second quart du XIIème siècle, un art gothique en pleine possession de ses moyens. Son chœur et transept, son élévation à trois niveaux, appuyée d'arcs boutants expriment plus que jamais l'ambition et l'élan architectural de cette époque.

De magnifiques stalles du XVIème siècle et un abbé « gisant » mis eux aussi en lumière par un trio - bien particulier - viennent couronner l'intérêt patrimonial de l'abbatiale qui prend encore une autre dimension.

« PHYSIS » l'installation lumineuse de Thierry Bonne

L'artiste explique sa réflexion et l'aboutissement de Physis

« L'œuvre présentée a pour objectif de s'inspirer des leçons et de l'histoire de ces lieux et d'établir un dialogue par la lumière.

Le patrimoine en général est le point d'origine des racines d'une société et les journées du patrimoine sont l'occasion de regarder notre passé et d'en tirer les leçons, de se souvenir que ces lieux sont la résultante d'une histoire humaine.

La question est donc de comprendre un des messages de ces monuments emblématiques et de proposer une intervention qui éclaire cette interprétation.

Quand les cathédrales étaient blanches : Cet ouvrage de l'architecte Le CORBUSIER décrit les cathédrales comme des actes d'optimisme et d'élan pour un avenir radieux, pour un monde nouveau, limpide, joyeux, sans frontière et symbole de fierté et de courage.

Ces lieux ont permis aux hommes de s'émanciper de l'obscurantisme et d'offrir à la société des espaces de recueil, d'évasion et d'espoir. L'architecture de ces bâtiments a permis de créer des volumes emprunts de lumière et a démontré le génie dont pouvait être capable l'être humain.

Or, plus que jamais, nous avons besoin de « cathédrales », nous avons besoin d'optimisme, d'élan, d'espoir en un monde nouveau, et ces œuvres peuvent donc encore aujourd'hui être l'origine d'une réflexion portant sur l'un des plus importants défis du XXIème siècle, à savoir, la sauvegarde de notre environnement et de la planète et donc, de la survie de l'être humain.

Cet édifice représente l'enracinement humain dans son élaboration la plus conquérante et il devient le réceptacle de la fragilité de la nature.

En effet, ces cercles lumineux symbolisent les cellules originelles de la vie et la nature dans son essence.  

La nature et l'homme cohabitent pour un moment de recueil en cet espace.

Dialogue entre de fragiles cellules et un édifice de pierre élancé et impressionnant. Dialogue entre la nature et l'être humain.

Ces cellules blanches et lumineuses flottent dans cette nef comme des cellules de vie dans un écrin de courage et d'optimisme. Elles s'insèrent dans un existant et interagissent avec ces lieux. Elles offrent un regard différent sur ces volumes et mettent en perspective leur majesté.

Elles flottent dans les airs mais aussi tissent des liens avec leur environnement. Et ces câbles deviennent les fils du dialogue et de l'entente.

Ces cercles de vie doivent mettre en lumière le sens premier de cet endroit qu'est l'espoir.  

Et cette légèreté ressentie devant ce lieu par ces pointillés de lumière doit emmener vers une réflexion sur la place de la vie et de la nature au sein du développement humain.

Tout n'est qu'équilibre.

La vie est inscrite ici en pointillés dans cette « cathédrale blanche » et annonce l'espoir d'une cohabitation nécessaire. »

Fabrication et montage

Cette installation a nécessité un travail d'équipe incroyable, et l'occasion de rencontres humaines extraordinaires. En effet, afin d'obtenir les résultats escomptés, l'artiste et ses co-réalisateurs ont dû réaliser de multiples essais et tests. A la recherche des bons diamètres ils ont hissé des cartons de différentes tailles en pleine nef, les menant vers de nombreuses options jusqu'aux derniers instants.

Dans un deuxième temps, la conception du système lumineux leur a demandé de réaliser une bonne dizaine de prototypes grandeur réelle pour valider l'effet désiré, et tendre au maximum vers l'idée originelle.

Chaque personne de l'équipe a donné le meilleur d'elle même et a apporté tout son savoir-faire, grâce auquel ce projet a pu voir le jour.

L'artiste s'est entouré des entreprises Duval pour la partie électrique et Flamant Roger pour l'assemblage des matériaux et les amarres de soutien mais aussi et surtout pour la fourniture des matériaux dont ils ont fait don à l'association Les amis de l'abbatiale. Leurs mécénats ont permis de cette splendide réalisation ! Thierry Bonne et Roger Flamant se sont très bien entendus, ils parlaient le même langage, se sont découvert et compris. Leur engouement personnel leur a mis en mémoire de belles anecdotes, quelques frayeurs aussi dont ils gardent un superbe souvenir car au-delà de ce simple projet ce fût une belle aventure humaine, qui leur a redonné un élan d'optimisme. 

Remerciements

« Je remercie les nombreux bénévoles de l'Association pour la sauvegarde de l'abbatiale pour l'organisation des visites, les employés des entreprises Duval et Flamant Roger qui ont passé quelques longues soirées en notre compagnie.  Bernard Poggi pour son superbe film, Philippe Dureuil pour son reportage photographique, Régis Biecher pour la réalisation graphique de l'exposition et de la brochure, et les « passants » qui nous ont offerts de leur temps...

C'est devant ce genre d'engouements et de valeurs, que nous pourrons rebâtir l'élan nécessaire à notre cohabitation avec la nature, n'oublions donc pas qu'elle est la vie et percevons sa fragilité car sans elle, l'obscurité nous envahirait... » Thierry Bonne.