• macdo2
  • caves maison tourisme
  • foie gras boucherie rép
  • HDF économie écologie
  • mac doc salades
  • Maison tourisme 0616
  • mad do ouv NS we
  • Leclerc
  • ets fevrier
  • agrumes jardin fil saisons 18
  • Garantie jeune
  • mascarade
  • métropolis2007
  • Jardins fil saisons virginie 17
  • Ville Chateau
  • macdo2
  • Levy élagage
  • para leclerc
  • kkd 2
  • Absinthe
  • fort 4x4
  • ets fevrier
  • absinthe
Droit de réponse de l’IEC suite à l’article paru le 2 juillet 2018 sur notre webzine

Droit de réponse de l’IEC suite à l’article paru le 2 juillet 2018 sur notre webzine



Château-Thierry -

L’article précédent relatait des faits lors de la réunion en vue de l’AG du CTE FC avortée (voir ci-dessous).

Voici le texte de l'IEC, dont nous vous avons passé le paragraphe rappelant la loi quant au droit de réponse...

"En effet, contrairement à ce que prétend le CTEFC, l'IEC avait bien obtenu l'autorisation de jouer le match amical entre les séniors et les U18 sur le terrain en pelouse synthétique, Monsieur Loîc CARON, Directeur de sports, ayant précisé que tous les autres terrains en herbe étaient impraticables en raison de travaux de réfection. L'IEC tient à la disposition de la presse et des autorités, les mails prouvant cette autorisation.Le fait que le planning des réservations des terrains ne mentionne pas ce match n'est certes pas normal, mais l'IEC n'est pas responsable de cette omission. Le match n'avait nullement pour but de perturber l'AG du CTEFC qui pouvait parfaitement avoir lieu devant le terrain en pelouse naturelle. (Effectivement à condition de tout déménager (tonnelles, tables, chaises, sono...)).

La chronologie des faits est la suivante :

 L'IEC voulait que ses adhérents regardent, dans son club house, le match de l'Equipe de France avant de jouer le match amical susvisé. Mais au moment d'allumer le téléviseur, l'IEC s'est aperçue qu'on lui avait coupé l'alimentation électrique, ce qui caractérise une situation de sabotage. L'IEC a alors demandé au CTEFC s'il était possible que ses adhérents se joignent à ceux du CTEFC pour regarder le match dans le club house de ce dernier, ce qui fut fait. Pendant le match, certains membres du CTEFC ont publié une photo de plusieurs mineurs, membres de l'IEC, portant ainsi atteinte à leur droit à l'image. Cette publication et l'accueil des adhérents de l'IEC par le CTEFC se sont ensuite avérés parfaitement organisés pour démontrer que la fusion des deux clubs se pratique dans les faits, ce qui a pour but d'alimenter la volonté de fusion du CTEFC et de certains politiques.

Contrairement à ce qu'écrit le CTEFC, ce match amical n'est nullement une vengeance de la part des dirigeants de l'IEC qui auraient été licenciés par Monsieur KRABAL, puisqu'aucun dirigeant de l'IEC n'a été licencié par Monsieur KRABAL.

L'allégation selon laquelle les dirigeants de l'IEC prendraient les joueurs en otage est véritablement diffamatoire et calomnieuse, destinée à nuire à la réputation de l'IEC et de ses dirigeants. L'éminent Jean de La Fontaine, comme Molière, aurait analysé cette situation par cette phrase : « Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. »

L'IEC a bien compris qu'il devait jouer le rôle du chien et en tirera toutes les conséquences de droit.

 Article précédent

 Le torchon brûle entre les 2 club de Foot Castel : CTEFC et IEC

La faute à qui ? Et pour combien de temps encore ?

L'un des dirigeant venait juste de poster une photo des jeunes de l'IEC regardant le foot dans le club house de CT Etampes Football Club disant : « On a gagné ! CTFC et I'IEC réunis pour le même sport ! »

A peine ce post envoyé, les séniors de l'IEC escaladent le terrain de foot synthétique - pourtant fermé à clef - pour faire un match entre deux de leurs équipes ...

Les dirigeant du CTE FC finalisant la préparation de leur AG prévue à 19h en extérieur devant le club house, n'en croyaient pas leurs yeux !

L'on connait les soucis d'entente de ces deux clubs qui bataillent depuis plus de 10 ans sur le même terrain de jeux, pour les créneaux de disponibilité des terrains, les subventions municipales, les sponsors, les joueurs.... Réunis il y a peu par le maire Sébastien Eugène en vue d'une fusion qui s'avère indispensable pour la survie des deux clubs de par la mutualisation des structures, des entraineurs et en évitant la concurrence inutile qui déstabilise les joueurs, les équipes et compromettent les victoires synonymes de montées en divisions...

De là à venir perturber l'Assemblé Générale des voisins...

Arrivé peu après, Jean-Pierre Ducloux adjoint aux sports de la ville a tenté de parlementer avec les responsables de l'IEC présents au moment des faits qui disaient avoir réservé ce terrain voilà 11 jours, (à priori cela ne figurerait pas sur les plannings de réservations) hors de question pour eux de ne pas jouer et ainsi de ne pouvoir perturber le bon déroulement de l'AG du CTE FC.

Les dirigeants du CTE FC décident donc de reporter leur AG !

Le président Jean-Marc Lane exprimera son regret, sa déception sans montrer son indignation et son ras-le-bol. Il formulera des excuses auprès de gens venus de loin pour cette Assemblée Générale qui n'aura pas lieu, ce jour.

Invitant tout de même à partager un verre et le barbecue de fin de saison

Sébastien Mayeux affirmera sa confiance en la nouvelle municipalité pour résoudre les soucis politiques et la bagarre perpétuelle pour les créneaux horaires.

Il déplore le travail de toute une semaine de plusieurs des dirigeants pour une AG qui doit être reportée alors même que de bonnes nouvelles allaient être annoncées pour la saison prochaine notamment de nouveaux projets de développement présentés par Hervé Papavéro venu tout spécialement de Reims !

Jean-Pierre Ducloux s'est dit navré de cette annulation, et n'a pas voulu prendre de décision sous le coup de la colère. Ayant assisté quelques jours auparavant à l'AG de l'IEC qui n'a aucune volonté de fusion, précise-t-il. En tant que sportif, c'est la première fois qu'il est confronté à ce souci qui perdure depuis des années malgré les différentes techniques tentées pour y remédier.

Le député Jacques Krabal qui serait - murmure-t-on, la cause involontaire de cette *guéguerre politique - a tout d'abord voulu rendre hommage à Sylvio Minelli disparu en début de semaine.

Il a ensuite fait part de sa joie de venir à cette AG pour féliciter une fois encore l'équipe montée en Régional 1, le graal tant attendu. Et voulait également faire part de sa recherche fructueuse de sponsor pour le club...

Il a reconnu prendre sa part de décisions politiques alors qu'il était encore maire de la ville il y a un an et sa volonté de vouloir réunir les 3 club. Ce qui a été possible avec Etampes/Marne - réticents au départ - s'avère une belle réussite, tout se passe bien. Rappelant que ce n'est pas être fou que de vouloir rassembler que partout ailleurs cela se pratique à l'instar de Charly/Nogent/Chézy, et tout se passe au mieux, mais pas avec l'IEC !

Jacques Krabal avait promis de parler à l'IEC mais n'ayant pas été invité à l'AG, n'a pu le faire ! Il déplore ce gâchis pour le foot local et les joueurs pris en otages ne permettant à personne d'évoluer dans de bonnes conditions, courant même à la perte des deux clubs !

Le développement d'un seul grand club serait la résolution idéale pour que les meilleurs joueurs, enfants comme adultes puissent jouer au plus haut niveau.

Jacques Krabal remettait en avant le passage en Régional 1 de l'équipe sénior affirmant que le terrain synthétique y avait contribué, signalant donc au passage que la municipalité avait rempli son rôle en fournissant une structure adaptée aux besoins et niveaux du club.

Dominique Moyse s'est dit surpris de la situation en cours, alors qu'il était venu pour féliciter et encourager le club pour la saison prochaine qui va se jouer dans la cour de grands !

Assurant son soutien, sachant que la région avait déjà financé une partie du terrain synthétique à hauteur de 100 000 € et qu'il était en pour parler d'achat de minibus et cherchait une solution pour la réfection des vestiaires. Le conseiller régional a assuré qu'il serait aux côtés de l'équipe tant que faire se pourrait

*Lorsque Jacques Krabal était maire de la ville il aurait licencié l'un des dirigeant (encadrant) de l'IEC qui voudrait le lui faire payer ainsi que 2 autres personnes du club qui auraient eux aussi des différents avec l'ancien maire et prendraient le club et ses joueurs a partie.


* A noter qu'en dehors des faits déroulés en direct, le texte est au conditionnel...