• macdo2
  • caves maison tourisme
  • mac doc salades
  • Maison tourisme 0616
  • Mercedes  classe a
  • mad do ouv NS we
  • Leclerc
  • ets fevrier
  • métropolis2007
  • para leclerc
  • Ville Chateau
  • macdo2
  • Levy élagage
  • cjc 2017 2018
  • kkd 2
  • Absinthe
  • fort 4x4
  • ets fevrier
  • absinthe
TER Vallée de la Marne

TER Vallée de la Marne



Sud de l'Aisne - Portes de la Champagne (02) -

Les élus demandent des engagements précis pour retrouver la confiance

Jeudi 31 mai, une conférence téléphonique s'est tenue avec Jacques Krabal, député de l'Aisne, Franck Dhersin, vice-président aux transports de la région Hauts-de-France, Dominique Moyse, Conseiller régional et président du CORETER, et Dominique Normant, responsable des TER Hauts de France.

Cet échange, réalisé à distance pour des raisons pratiques, fait suite aux terribles dysfonctionnements rencontrés sur la ligne TER Vallée de la Marne depuis de nombreuses années et qui ont atteint leur paroxysme ces derniers temps.

Météo, travaux et grèves, ces derniers mois, les usagers de la ligne TER Vallée de la Marne ont vécu un calvaire pour se rendre à Paris ou rentrer chez eux.

Les usagers ont le sentiment d'être totalement oubliés, que personne ne prend en compte leur quotidien et que le fonctionnement de la ligne TER Vallée de la Marne n'apparaît pas prioritaire pour la SNCF.

Pour les élus régionaux et le député, il est urgent de faire le point sur tous ces dysfonctionnements : information, organisation, travaux de nuit et prise en compte de la soudure tarifaire Ile-de-France/Hauts-de-France, retour sur cet échange.

1- Information et substitution


Les élus se félicitent que la ligne TER Vallée de la Marne bénéficie enfin de travaux pour améliorer la circulation. Mais ils déplorent l'improvisation et l'information tardive: pas de mise en place de bus de substitution, et travaux de jours qui entraînent la suppression de 4 trains du quotidien et rend les voyages impossibles du milieu de matinée à la fin d'après-midi. 

Si la SNCF reconnaît que l'information a été transmise tardivement aux usagers et aux élus, elle s'engage à faire des efforts de ce point de vue. D'autant qu'il y a encore quelques mois, ces travaux étaient très bien préparés. 

Elle a indiqué que les bus de substitution sont difficiles à mettre en place pendant cette période très complexe de grèves. Néanmoins, les élus s'étonnent que ces travaux, programmés de longue date n'aient pas pu être anticipés tant au niveau de l'information que pour la mise en place de transport de substitution.

2- Travaux de nuit et suppression de trains


Autres points abordés par les élus :

Pourquoi les travaux de nuit, privilégiés en Ile-de-France et en Grand-Est ne peuvent-ils pas être envisagés sur la ligne TER Vallée de la Marne?

Pour la SNCF, les travaux de nuit ne peuvent être choisis systématiquement en raison des coûts qu'ils représentent. Le député Krabal a insisté sur la nécessité d'y faire appel plus souvent pour ne pas pénaliser davantage les voyageurs. Il a rappelé également que ce coût doit être pris en compte : la location de bus représente aussi un coût élevé.

La suppression de 4 trains de jour, depuis décembre 2017, décidée pour permettre aux travaux de se réaliser seront-ils bien remis en place après cette période?

La SNCF et la région Hauts de France se sont engagées à ce qu'ils soient effectivement remis en circulation à la fin des travaux en 2019. Franck Dhersin s'est engagé personnellement à ce que des trains soient remis en circulation dès la fin des travaux.

3- Des avancées

Franck Dhersin a rappelé que les région Grand Est et Hauts de France avançaient à grands pas sur une mutualisation de gestion de la ligne TER Vallée de la Marne. Une très bonne nouvelle pour le député Krabal qui en fait la demande depuis plusieurs années. Encore faut-il que la SNCF avance au même rythme pour avoir une gestion de toute la ligne TER Vallée de la Marne, cohérente, et non une gestion par tronçon.

Les participants se sont engagés à tout faire a signature d'une convention tripartite engageant les régions Hauts-de-France, Grand Est, la SNCF et les associations d'usagers. Ce type de convention existait avant la fusion des régions: il est incontournable d'en signer une nouvelle pour fixer et clarifier le cadre des engagements et de l'organisation de cette ligne un peu à part.

Elle sera de nouveau proposée.

Par ailleurs, à la demande du député Jacques Krabal, Franck Dhersin a proposé que la soudure tarifaire permettant de cumuler pass Navigo et billet sur la ligne Transilien, puisse être mise en place par la SNCF. Une avancée qui permettrait à notre territoire d'être encore plus attractif! Une réunion avec les régions Hauts-de-France, Grand Est et Ile-de-France est prévue à l'automne pour améliorer la gestion de cette ligne qui traverse les 3 régions et évoquer la possibilité de cette soudure.
Enfin, il a été demandé à la SNCF de mettre en place un engagement contractuel sur les travaux de la ligne et de la gare de Château-Thierry, avec une feuille de route sur les cinq années à venir et un calendrier précis sur deux ans.

En septembre, les responsables de la SNCF se proposent de réunir l'ensemble des acteurs: élus, usagers, associations CDIU et ADULT pour présenter leur programme de travaux pour les deux années à venir.

Les élus attendent des engagements concrets de la part de la SNCF pour permettre aux usagers de cette ligne TER Vallée de la Marne et aux élus de retrouver confiance dans un service public digne de ce nom.