• macdo2
  • caves maison tourisme
  • mac doc salades
  • Maison tourisme 0616
  • Mercedes  classe a
  • mad do ouv NS we
  • Leclerc
  • ets fevrier
  • métropolis2007
  • para leclerc
  • Ville Chateau
  • macdo2
  • Levy élagage
  • cjc 2017 2018
  • kkd 2
  • Absinthe
  • fort 4x4
  • ets fevrier
  • absinthe
Commémoration de la traite et de l’abolition de  l’esclavage au château de Villers-Cotterêts

Commémoration de la traite et de l’abolition de l’esclavage au château de Villers-Cotterêts



Villers-Cotterêts (02) -

Trois cents Ultramarins attendus dans le fief de l’extrême droite sous le haut patronage d’Emmanuel Macron...

 

Pour la 5ème année consécutive, la journée nationale des mémoires de la traite de l'esclavage et de leurs abolitions sera célébrée le 10 mai et pour la première fois au château de Villers-Cotterêts...

La manifestation prendra une dimension particulière

En effet, face au refus du maire Franck Briffaut d'autoriser la cérémonie, l'association des amis du général Dumas, présidée par l'écrivain Claude Ribbe, qui l'organise depuis 2014 a obtenu l'ouverture des portes du château royal.

En 2014, peu après son élection, l'actuel maire de Villers-Cotterêts, Franck Briffaut, avait refusé d'être associé à la cérémonie traditionnelle de l'esclavage. Celle-ci consistait depuis 2006, en un dépôt de gerbes devant la maison où est mort le général Dumas en 1806, victime de l'ostracisme de Napoléon qui le chassa de l'armée après le rétablissement de l'esclavage en 1802.

L'association des amis du général Dumas avait alors organisé une cérémonie palliative sur la voie publique, avec le soutien de plusieurs associations antiracistes. Cette cérémonie avait été reconduite les années suivantes, malgré l'hostilité du maire frontiste.

Franck Briffaut a refusé cette année d'autoriser la 5ème édition de cette cérémonie, sous prétexte que le 10 mai est un jeudi et que c'est jour de marché... Il a également décliné l'invitation de l'association du général Dumas, au motif qu'il maintenait la position prise par lui en 2014.

Cérémonie dans la cour du château de François 1er

L'association a sollicité le centre des musées nationaux qui lui a donné l'autorisation d'organiser la cérémonie au château de Villers-Cotterêts. Elle a par ailleurs obtenu le haut patronage du Président de la République Emmanuel Macron.

De même que plusieurs cars, transportant plus de 150 originaires d'outre-mer, mais aussi des responsables gouvernementaux antiracistes (DILCRAH, DIECFOM) et des élus, dont Olivier Serva, député de la Guadeloupe et président de la délégation outre-mer de l'assemblée nationale, ont été affrétés pour se rendre à la cérémonie, qui a reçu par

ailleurs le soutien local d'un collectif de 150 originaires d'outre-mer de Villers-Cotterêts.

À l'invitation de Claude Ribbe, biographe du général Dumas, trois cents participants sont donc attendus à 11 h dans la cour du château dont : Jacques Krabal, député de la 5ème circonscription, LREM de l'Aisne, Nicolas Fricoteaux, UDI, président du conseil départemental...

Autres invités excusés

Edouard Philippe et Mesdames Brigitte Girardin, ministre des outre-mer et Françoise Nyssen, ministre de la culture étaient invités à cette commémoration, mais une autre cérémonie étant organisée au jardin du Luxembourg à la même heure par le Premier ministre, ils ne pourront être présents. Cette cérémonie du Luxembourg, à laquelle cette année le président du Sénat, pour la première fois depuis 12 ans, s'abstient de participer, fait l'objet de très vives critiques de certains Ultramarins, qui se sont notamment exprimées mardi 8 mai dans un article publié par le site Martiniquais Bondamanjak.

2nd cérémonie à Paris

Après la cérémonie de Villers-Cotterêts, les cars affrétés par l'association du général Dumas emmèneront les participants à Paris assister à une autre cérémonie traditionnelle, également organisée par Claude Ribbe et ses amis du général Dumas, où, pour la 10ème édition, plus de 1000 participants sont attendus. En présence notamment d'Anne Hidalgo, maire de Paris, de Jacques Toubon, défenseur des droits, de Patrick Bernasconi, président du conseil économique, social et environnemental, de Geoffroy Boulard, maire du 17ème arrondissement. Cette seconde cérémonie, qui se tiendra devant le monument à la mémoire du général Dumas et de l'esclavage, que l'association a fait installer en 2009, a également reçu le haut patronage d'Emmanuel Macron, président de la République. Le Premier ministre convié à cette manifestation, n'a pas encore fait savoir s'il y assisterait, comme l'avait fait, en 2014 et 2015, son prédécesseur Manuel Valls, accompagné d'une partie du gouvernement...

Château de Villers-Cotterêts

Construit par François 1er en 1530, et dont Emmanuel Macron a déclaré le 20 mars à l'Académie Française qu'il serait restauré et consacré à la francophonie d'ici 2022. Emmanuel MACRON a également adressé à l'association « tout son soutien et ses encouragements dans la poursuite de [son] projet de création d'un centre Dumas consacré à la Francophonie ainsi qu'à l'histoire et à la culture des outre-mer et de l'Afrique ». L'association réfléchit avec les élus locaux à l'implantation de ce centre Dumas, qui pourrait rendre hommage aussi aux autres célébrités de l'Aisne : La Fontaine, Racine, Condorcet, Claudel...

 

Jacques Chirac à l'origine de la Journée commémorative de l'abolition de l'esclavage en France métropolitaine...

 
Journée commémorative de l'abolition de l'esclavage en France métropolitaine

Le président de la République Française, Jacques Chirac, avait décidé de faire du 10 mai la Journée commémorative de l'abolition de l'esclavage en métropole : l'occasion pour la France métropolitaine d'honorer le souvenir des esclaves et de commémorer l'abolition de l'esclavage.

Au-delà de l'abolition, la journée devrait engager une réflexion générale sur l'ensemble de la mémoire de l'esclavage, longtemps refoulée, pour la faire entrer dans notre histoire. L'occasion aussi de s'interroger sur la façon dont la mémoire de l'esclavage peut trouver sa juste place dans les programmes de l'école primaire, du collège et du lycée. La volonté également de développer la connaissance scientifique de cette tragédie. Enrichir notre savoir, c'est le moyen d'établir la vérité et de sortir de polémiques inutiles.

La date du 10 mai correspond à l'adoption par le Parlement, le 10 mai 2001, de la loi Taubira "reconnaissant la traite négrière transatlantique et l'esclavage".

Un site à visiter : www.comite-memoire-esclavage.fr

Wikipédia