• fevrier amandine
  • le roy lionel
  • leclerc drive ch th
  • orpi 100 € boutiques
  • retrouvez vous dans l
  • rsa saisonnier 05 20
  • St Jean covid 120620
  • transports sellier carburant vert 260620
  • report po crézancy
  • Leclerc
  • fevrier
  • Agenor foire
  • marchetti 011119 01 11 20
  • yourtes à la ferme
  • kkd 2
  • terny 2020
  • ets fevrier
  • cjc annuelle
  • paul buiron
  • cave 204 christa richard
  • consultation 400 ans jdlf
  • Animalerie leclerc
  • ets fevrier
  • castel roller club
  • para leclerc

Météo en direct

 

Dans le sud de l

Dans le sud de l'Aisne. On n'a pas de pétrole mais on a du bois !



Château-Thierry -

A propos du grand débat sur la Transition Energétique, comment ne pas revenir sur l'important séminaire (labellisé national) qui s'est déroulé le 14 mars denier à la ferme du ru Chailly, siège de l'Union des Communautés de Communes du Sud de l'Aisne à Fossoy ? On y a parlé éolien, solaire photovoltaïque, hydroélctricité, géothermie, biocarburants mais aussi isolation de l'habitat neuf et ancien et éco-quartiers, véhicules tout électriques et même covoiturage tant il est avéré que l'énergie la moins chère demeure celle que l'on ne dépense pas !

Tourner le dos aux énergies fossiles

Une journée des plus intéressantes, organisée par la commission "développement économique" du Conseil de Développement, placée sous la présidence d'André Dorso, membre du secrétariat général du Débat National sur la Transition Energétique et faite d'interventions de nombreux spécialistes - Cf liste des intervenants -.

Pour ce faire, Jacques Krabal, président de l'UCCSA, Michel Baroux, président du CD et Jean-Claude Charbonnier, président de la commission, avaient invité les représentants de l'ensemble des institutions, collectivités, organismes, sociétés privées et associations ayant voix au chapitre ainsi que la sous-préfète, Virginie Lasserre, pour clôturer les travaux.

 

 

Fondamentalement, l'enjeu consiste à pouvoir, le plus rapidement possible, se soustraire aux sources d'énergie fossile coûteuse et en voie d'épuisement (la dépense mondiale en pétrole et gaz, est passée de 40 à 257 milliards de dollars entre 2004 et 2011), au profit des énergies renouvelables, un champ bien plus porteur car inépuisable "par essence".


La forêt, planche de salut de l'économie locale

Pour ce qui est de nos 1 200 km2 de "pays du sud de l'Aisne" (125 communes et 74 000 habitants) émergent principalement deux grandes ressources facteurs de développement économique : en premier lieu, le tourisme (thème régulièrement évoqué dans les présentes colonnes) à la faveur de notre fabuleux patrimoine culturel et historique, sans oublier le champagne ; en second lieu - nous y voici - essentiellement, la filière bois de par l'importance de notre forêt. Encore faut-il que l'on s'emploie à l'exploiter plus utilement encore.

La filière bois (parties nobles de l'arbre) revêt un intérêt considérable dans le vaste concept de développement durable en matière de construction et, accessoirement, pour l'ébénisterie, à condition que l'on veuille bien trouver de l'intérêt, là encore, à fabriquer les meubles en France. Toutefois, face à cet extraordinaire gisement dont nous disposons localement, la ressource qui, aujourd'hui, mobilise au plus haut point les principaux décideurs dans nos collectivités territoriales du sud de l'Aisne... c'est la biomasse ! Et il faut y envisager, sans doute, les débouchés les plus prometteurs. Car en effet : nous n'avons pas de pétrole (sinon quelques résidus d'huile dans les profondeurs de notre convoitée couche de schiste) mais nous avons du bois, beaucoup de bois ! Selon les premières estimations du CRPF de Picardie (organisme chargé de l'inventaire en cours), sur les 29 000 ha de massifs forestiers, publics et privés, répertoriés sur les cinq communautés de communes de Condé-en-Brie, Fère-en-Tardenois, Château-Thierry, Neuilly-St-Front et Charly-sur-Marne, le volume annuel extractible en "plaquette" (branchages) représente au total 144 000 tonnes. Seulement mis à profit dans un premier temps, le 1/4 de cette ressource, soit 36 000 tonnes annuelles équivaudrait à une puissance énergétique de 30 MW.


Réalisation du réseau de chauffe biomasse de Château-Thierry

 

Face à cette véritable providence, la Ville de Château-Thierry a anticipé le mouvement en signant, dès le 29 novembre dernier, une délégation de service public avec la Sté Dalkia pour la création et l'exploitation d'un réseau de chauffe biomasse et d'un réseau de chaleur. Les travaux sont lancés pour la construction de la future chaudière à bois communale sur la zone de la Moiserie tout comme pour la réalisation du réseau urbain de canalisations (10 km et 36 sous-stations) desservant l'ensemble des établissements publics castels : piscine, lycées, collèges, écoles, mairie, hôpital, maison de retraite services administratifs et salles communales ; les immeubles collectifs (1 200 logements) ainsi que les particuliers qui souhaiteront être raccordés. Les premières livraisons sont prévues au 1er trimestre 2014. Parallèlement, sera mise en place une plateforme de stockage du bois (grumes et plaquette) à Lucy-le-Bocage sur un terrain de 40 000 m2 enclavé entre l'autoroute et la ligne TGV. Des négociations pour le montage juridique sont en cours avec la SANEF et RFF. Nous aurons évidemment maintes occasions de revenir sur ces différentes réalisations. Il faut savoir que, parlant de cette importante avancée, Jacques Krabal, le député-maire castel, n'hésite pas, d'ores et déjà, à affirmer qu'elle constitue la pièce maîtresse de son actuel mandat municipal.

 

 

 

Les intervenants

Jean-Louis Bal, président du Syndicat des Energies Renouvelables,

Cyril Le Picard, président de France Biomasse Energie,

Elsa Demangeon, chef du département bioénergies, syndicat  des énergies renouvelables,

Christian Fabry directeur régional de l'ADEME Région Picardie,

Iman Bahmani-Piaseczny, ingénieur ADEME Picardie,

Yves de Moliner, directeur Général de l'USEDA,

Catherine Le Tyrant, maire de Montdidier, 

Camille Gira, Bourgmestre de Beckerich, membre du Parlement du Grand Duché du

Luxembourg,

Olivier Lespinard, directeur Général Société Erigène,

Olivier Servant, directeur des marchés habitat Saint Gobain, 

Guillaume Rautureau, conseiller Energie, Chambre d'Agriculture de l'Aisne, 

Céline Coche-Déquéant, directeur Territorial Investissement - Caisse des Dépôts,

Guilaine Lemaire, vice-présidente du Conseil Développement, présidente Commission Qualité

de Vie et Cohésion Sociale,

Julie Clément, chargée de mission Développement Durable à L'UCCSA,

Mohamed Rezzouki, maire-adjoint de Château-Thierry, 

Dominique Moniot, directeur Développement éolien, La Compagnie du Vent,

Romain Deruwez, responsable commercial Dalkia, 

François Clauce, ingénieur, délégué régional CRPF, 

Jean Plateaux, vice-président Communauté de Communes de Charly-sur-Marne,

Eric Mangin, président de la Communauté de Communes du Canton de Condé-en-Brie, 

Yannick Champain, architecte, 

Eric Patoux, directeur transports en commun Keolis, 

Christophe Thibault, directeur  GTIE Château-Thierry, 

Xavier Benoist, membre de la Chambre d'Agriculture de l'Aisne 

Georges Fourré, vice-président UCCSA Développement Durable, Environnement et Eau.

 

 

VU DU CHÂTEAU Webzine d'informations locales est totalement indépendant de "Autant en emporte la marne" .

Le webzine d'actualités locales "Vu du Château" est totalement indépendant du magazine Autant en emporte la marne.