• macdo2
  • congès fevrier
  • fevrier
  • joel michel champagne noto
  • macdo fidélité 1019
  • po infos lycéé crézancy
  • mad do ouv NS we
  • castel roller club
  • fevrier
  • cjc annuelle
  • kkd 2
  • marchetti 011119 01 11 20
  • po sup st v paul
  • Leclerc
  • macdo2
  • ets fevrier
  • para leclerc
  • ets fevrier
  • Animalerie leclerc
  • aigles 2019
Courts-métrages sur la toile brasloise

Courts-métrages sur la toile brasloise



Château-Thierry -

Mardi 9 avril, les gradins de l’Espace Raymond Commun de Brasles sont bien remplis pour un mardi soir !

Bernard Huriez, en maître de cérémonie, nous indique quelques-unes des manifestations à venir ici même avec, entre autres : Le samedi 13, les Troubadours de l'OMOIS qui joueront ''Z'avez pas vu Georges'' et, pour la fête communale du 4 mai, du Gospel.

B.H. présente ensuite le déroulement de la soirée avant de laisser place à l'objet de la soirée : la projection de cinq courts métrages principalement tournés en Picardie.

La première partie ne manque pas de rythme avec :

-      ''En attendant Longwood'' de Thomas Griffet. Toute l'action se situe dans une chambre. Différents personnages viennent rendre visite à Napoléon, lui conseillant d'aller à Ste Héléne. Celui-ci refuse systématiquement. Il finit par accepter, et sort alors de cette pièce. On aperçoit un tracteur-tondeuse, sans doute un anachronisme volontaire...

-       ''Les Williams'' de Alban Mench. Un jeune marié à reçu un chien en cadeau ! Il est ennuyé pour partir en voyage de noce... Pourquoi a-t-il eu l'idée d'appeler son chien du prénom de son ami ? Des scènes assez spéciales tournées dans le noir et dans une voiture...

-      ''White Swan'' d'Olivier Lallart''. Un couple sympathique prépare son mariage. Maud, la sœur de la mariée, vient proposer son aide mais pas seulement... Elle attire le futur marié chez elle. Il résistera à l'envie de monter cet escalier d'où est tombée une culotte...

Toutefois, il se posera bien des questions lorsqu'en sortant. Le père des deux jeunes femmes - qui semble au courant de la chose - lui laissera entendre qu'il avait son consentement !

-      ''Cendrillon du pied gauche'' de Benjamin Lehrer. Léa jeune femme, somme toute comme les autres, nous emmène dans la triste réalité de la différence. En effet, son handicap n'est pas visible. Elle vit au quotidien un tas de situation les plus ennuyeuses les unes que les autres mais elle ne se laisse pas faire, ce qui lui vaut pas mal d'ennuis. Et pourtant !

 

 

 

 

C'est l'entracte. Le verre de l'amitié est servi et l'on procède au tirage au sort de la tombola. Des lots à remporter grâce aux numéros de place.  « Le numéro 334, - ah oui c'est moi, incroyable !!! » Devinez ce que j'ai gagné ? Un livre. Mais pas n'importe quel livre : ''Internet pour les nuls''. Ça tombe bizarrement bien ce truc là !

 

 

Reprise de la projection :

-      Igor Tututson de Nils de Coster et Emmanuelle Mougne. Il fait partie d'une fanfare  pour tromper l'ennui. Jouant plus souvent à l'idiot qu'à son tour avec sa voisine Amandine, Igor fini par se faire renvoyer....

-      ''Epiphil'' de Christophe Leclaire. Un jeune rencontre un homme, ils se reconnaissent et marchent quelques instants... Ben, oui ; pourquoi pas ? C'est du court-métrage.

L'heure avance, les yeux me piquent !

-      ''Ce matin là '' de Florence Azemar. La toute jeune Julie peine à faire voler son cerf-volant quand un cowboy arrive et l'emmène. Non pas sur son cheval blanc mais à bord de sa vieille décapotable....Tout à coup, l'on se retrouve dans une chambre d'hôpital et l'on comprend que la petite fille kiffe son infirmier...

 

 

 

 

En  3ème partie de soirée le public a la chance d'accueillir la présence d'un des réalisateurs, Olivier Lallart. Il explique qu'il signe là son premier court métrage dont le tournage a débuté en avril 2011. Financé avec ses petits moyens. C''est ce qui fait - dit-il - la différence avec les longs métrages.

Il a lui-même fait le casting, auditionnant cinq candidats au rôle et lorsque l'acteur choisi est entré, il a su, de suite, qu'il collerait parfaitement à son personnage.

Les grands principes d'un court métrage sont, d'être rythmé, ponctué de quelques ''gags'' et de finir sur une chute qui remet tout en question ! Il repose également (faute de moyens toujours) sur le lieu de l'action et les acteurs. Des acteurs plus ou moins connus et qui, pour certains, acceptent même de jouer gracieusement. Le jeune réalisateur, contera pour l'auditoire bon nombre de détails et d'anecdotes mais c'est maintenant l'horloge qui tourne et demain, pour la plupart d'entre-nous, ce sera un nouveau long métrage quotidien.