• macdo2
  • aigles 2019
  • chevaline republique
  • fort condé
  • joel michel champagne noto
  • macdo fidélité 1019
  • menuiserie david
  • fort c 2
  • mad do ouv NS we
  • castel roller club
  • mission locale site
  • cjc annuelle
  • kkd 2
  • marchetti 011119 01 11 20
  • Leclerc
  • macdo2
  • ets fevrier
  • para leclerc
  • ets fevrier
  • aigles 2019
  • Animalerie leclerc
  • aigles 2019
Les agriculteurs axonais étaient aussi à la capitale

Les agriculteurs axonais étaient aussi à la capitale



Aisne - Paris -

Partis tôt le matin ils ont seulement levé les différents blocages en milieu de soirée

S'ils n'avaient pas obtenu ce rendez-vous avec le premier ministre, Edouard Philippe, ils étaient prêts à rester sur place le temps nécessaire. Ils avaient prévu de quoi tenir deux jours »

27 novembre, 19h36 La délégation vient de sortir de l'Élysée, voici les conclusions :

Les agriculteurs ont bloqué le périphérique parisien avec près de 900 tracteurs

Ceux-ci avaient convergé vers la capitale dès la veille pour certains et le cortège s'est arrêté sur le périphérique en attente d'un rendez-vous avec Emmanuel Macron.

Ce sont 900 tracteurs, venus de Normandie, de Centre-Val-de-Loire, d'Ile-de-France, du Grand-Est, de Bourgogne-Franche-Comté et des Hauts-de-France, notamment de l'Aisne, qui sont à l'arrêt à plusieurs portes de Paris.

à bord d'un des 150 tracteurs du Val-d'Oise qui bloquaient depuis ce mercredi 27 novembre au matin le périphérique parisien entre la porte d'Asnières et la porte de Champerret Guillaume Moret , agriculteur s'apprêtait à rejoindre sous un pont son petit groupe d'agriculteurs. Ils avaient installé tonnelles et barbecues et se disaient prêt à rester le temps qu'il faudrait : « On a de quoi tenir deux jours ! Nous ne bougerons pas tant que Macron ne nous recevra pas ! »

Les sacro saints Champs-Elysées, ont été bloqués temporairement en fin de matinée, par environ 200 agriculteurs déversant du foin devant le restaurant Fouquet's. Ceux-ci demandant à être reçus par le président de la République. En milieu d'après-midi, ils n'avaient toujours pas eu gain de cause.

Cependant bien que l'attente ai semblé bien longue, deux jours n'auront pas été nécessaires et le Président non plus. Ayant obtenu un rendez-vous avec Edouard Philippe 1er ministre ces exploitants français en colère ont - pour le moment - stoppé leur manifestation...

Le ras-le-bol de toute une profession qui se traduit par une opération d'envergure

Parmi les revendications de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs (JA), l'absence de mesures concrètes et tangibles en faveur des exploitations agricoles : presque 20 % des agriculteurs ne parviennent pas à vivre de leur métier et les suicides sont de plus en plus fréquents.

Lors des deux actions des 8 et 22 octobre, les agriculteurs avaient choisi de se rassembler devant les préfectures du pays. Ils avaient interpellé le président en scandant : « Macron, réponds-nous ! », c'était il y a un peu plus d'un mois depuis, les réponses tardent, déplorent les agriculteurs qui attendent des engagements fermes du président de la République.

L'interdiction du glyphosate

Certains estiment que l'interdiction de l'utilisation du glyphosate décidée par chef de l'Etat d'ici à 2021 en France est une contrainte supplémentaire.

Le glyphosate permet un gain de temps énorme, ces agriculteurs ne veulent plus labourer l'intégralité de leurs champs et aujourd'hui, ils n'ont pas d'autres solutions. Changer leur mode de production c'est les amputer d'une partie de leur outil de travail.

 Article précédent