• macdo2
  • congès fevrier
  • fevrier
  • joel michel champagne noto
  • macdo fidélité 1019
  • po infos lycéé crézancy
  • mad do ouv NS we
  • castel roller club
  • fevrier
  • cjc annuelle
  • kkd 2
  • marchetti 011119 01 11 20
  • po sup st v paul
  • Leclerc
  • macdo2
  • ets fevrier
  • para leclerc
  • ets fevrier
  • Animalerie leclerc
  • aigles 2019
Le Grand Orchestre de Picardie à Braine c

Le Grand Orchestre de Picardie à Braine c'était en septembre...



Braine (02) -

Les journées du patrimoine étaient riches en découvertes à Braine, Le Grand Orchestre de Picardie a ouvert les festivités sur une expo et des balades ludiques malheureusement un peu humides le dimanche…

La collégiale St-Yved se prête bien aux concerts, son acoustique est très appréciée des musiciens comme des spectateurs.

L'Orchestre était au même niveau que le public pour un rendu des plus fabuleux.

Un concert absolument magique ce vendredi 20 septembre, une splendide programmation Stamitz et la symphonie en ré majeur La Chasse, Haydn avec un concerto pour trompette en mi bémol majeur interprété par Benoît Mathy comme trompette-solo au cœur de la collégiale St Yved, un son pur et cristallin impressionnant. Une maitrise parfaite, qui en a laissé plus d'un sans souffle !

Un moment de pur délice, pour le plus grand plaisir de tous les mélomanes présents dont certains venus de Vailly-sur-Aisne et de bien plus loin encore pour suivre leur orchestre favori. 

Cors et trompettes en note de tête pour des cavalcades ininterrompues de chasse en forêt, et bien d'autres instruments parmi la quarantaine de musiciens présents sur scène : contrebasses, violons, violoncelles, flutes, hautbois, saxophones, batterie, bois, cordes, percussions...

Touts une mise en scène savamment orchestrée

Après l'entracte le chef d'orchestre atypique de par sa très grande stature et de par ses envolées semblait vouloir rejoindre les voutes de l'église, sa baguette et ses pages de partitions virevoltaient tout comme lui. Tantôt agenouillé, tantôt complètement tendu vers le ciel puis recroquevillé, un froncement de sourcil, un clignement d'œil, une mimique de la bouche, un sourire, complètement désarticulé, pour aller indiquer aux instrumentistes du fond de démarrer ou encore accroupi pour signifier de jouer moins fort, parfois sévère, ou bien rieur ... tout cela parait anodin très théâtral voire inutile, détrompez-vous, chaque geste donne une indication aux musiciens qui suivent d'un œil la partition et de l'autre leur le chef d'orchestre pour un résultat extraordinaire. Le nombre de calories dépensées en un concert doit être étonnant tout comme lui !

Les morceaux suivants, Hidalgo Navas, cuatro bocetos et Linz, la symphonie n°36 de Mozart ont emporté le public bien loin avant le final...

Largement acclamés les musiciens ont cédé la place à l'historien Christian Corvisier apportant de nombreuses informations sur les pièces exposées... Une superbe soirée qui s'est prolongée le lendemain avec les visites des caves de l'ancien château...

Charles Olivieri-Munroe 

Directeur artistique de l'Orchestre Philharmonique de Cracovie (depuis 2015). Il est également Chef d'orchestre Principal à la Philharmonie Sudwestfalen en Allemagne (depuis 2011). Auparavant il a dirigé l'Orchestre Symphonique de la Radio slovaque (2001-2004) et le Philharmonique de Teplice au nord de la République tchèque (1997-2013).

L'impact de Charles Olivieri-Munroe sur l'opinion provient d'une combinaison de talent et de charisme.  Il est de plus en plus reconnu par la presse internationale pour sa programmation innovante, son interprétation du répertoire slave et sa passion pour un son orchestral d'une grande pureté.  Sa carrière le mène sur les cinq continents depuis sa maison de Prague, se produisant avec nombre des meilleurs orchestres mondiaux tels que : Le Philharmonique d'Israël, le Philharmonique de République Tchèque, le Symphonique de Montréal, Le Symphonique de Toronto, le Symphonique de Sydney, l'Orchestre Symphonique allemand de Berlin, le Philharmonique de Saint Pétersbourg, l'Orchestre Symphonique de Munich, le Philharmonique de Stuttgart, le Symphonique de la Radio danoise, le Symphonique de Kyoto et de nombreux autres.

A l'Opéra, on a vu Charles Olivieri-Munroe à l'Opéra comique de Berlin pour le Falstaff de Verdi, à Milan pour le Don Giovanni de Mozart, au Festival du Lac de Côme pour Aida et au Teatro Fenice à Venise ainsi qu'à l'Orchestre de Musique de Chambre de Varsovie où il a dirigé une nouvelle production du Rake's Progress de Stravinsky.  Il a aussi dirigé la première tchèque de l'opéra de Robert Schumann Genoveva au Théâtre national Dvorak.

La carrière de Charles Olivieri-Munroe a démarré avec l'obtention du Premier Prix à l'édition 2000 du Concours de direction du Festival international de Musique « Le Printemps de Prague ».

Benoît Mathy > trompette solo 

Né en 1983, Benoît Mathy commence ses études à l'École de Musique de Nogent-sur-Seine. Il entre ensuite à l'ENM de Troyes puis au Conservatoire du XXe arrondissement à Paris où il obtient un premier prix de trompette avec les félicitations du jury. En 2006, il intègre le CNSMD de Paris qui lui décernera en 2009 un premier prix avec mention très bien à l'unanimité du jury.

Nommé successivement à la Musique de la Garde républicaine (2005), à l'Orchestre de Picardie (2006), à l'Orchestre de l'Opéra de Paris (2009-2010), Benoît est aujourd'hui trompette solo à l'Orchestre de Picardie ainsi que trompette solo à l'Orchestre Pasdeloup.Régulièrement invité dans différents orchestres nationaux, Benoît Mathy  est  amené à jouer en soliste avec plusieurs orchestres et en musique de chambre. Il poursuit également une carrière de pédagogue au sein du Conservatoire d'arrondissement du Centre à Paris depuis 2012 et au CRR de Reims depuis 2014.

Site de l'Orchestre de Picardie


PLUS DE PHOTOS